Commission d’enquête: un non-sujet pour la majorité

En parallèle de l’enquête judiciaire visant Nicolas Sarkozy, les parlementaires ont la possibilité de s’interroger sur la guerre menée en Libye en 2011. Comme leurs prédécesseurs, les députés de la nouvelle majorité font montre d’une grande réserve, voire d’une opposition, à la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le volet judiciaire de l’affaire libyenne concernant Nicolas Sarkozy a changé de dimension. L’ancien président de la République est désormais mis en examen pour corruption passive, financement illicite de campagne électorale et recel de fonds publics libyens. Il a été placé sous contrôle judiciaire. Cette « affaire des affaires » a été révélée par Mediapart en avril 2011, puis abondamment documentée au fil de plus d’une cinquantaine d’articles publiés depuis.