Victimes du terrorisme: vers une indemnisation au rabais?

Par

Maryse Wolinski est la première victime des attentats de 2015 à saisir la justice. Elle estime que le fonds de garantie ne propose pas de l’indemniser correctement pour la mort de Georges, l'une des victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo. Comme elle, beaucoup de victimes sont aujourd’hui en colère ou dans l’incompréhension face à ce fonds au fonctionnement opaque et au financement incertain. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les victimes du terrorisme rechignent à aborder le sujet, de peur de paraître mesquines ou opportunistes. Pourtant, la question de l’indemnisation mine beaucoup d’entre elles. Les mois passent, souvent les années, sans qu’elles comprennent pourquoi on leur refuse ou tarde à leur octroyer ce qu’elles estiment être leur dû.