PMA: «Etre parent et procréer sont deux choses différentes»

Par

Sociologue au CNRS et spécialiste de l’homoparentalité, Martine Gross se réjouit de l’ouverture de la PMA à toutes les femmes et de la suppression de l’anonymat pour les donneurs, mais regrette la création d’un régime spécifique de filiation pour les couples de lesbiennes. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rendu public à l’issue du conseil des ministres du mercredi 24 juillet, le projet de loi sur la bioéthique ouvre la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de lesbiennes et aux femmes seules. Après sept ans de reports, cette ouverture est saluée par les associations LGBT+ et homoparentales.