Un député UMP, ancien conseiller de Borloo, est pris en plein conflit d'intérêts

Par et
Arnaud Richard, 39 ans, est devenu député UMP au mois de juin. Il n'a, pour autant, pas cru nécessaire de cesser immédiatement ses activités à la Caisse des dépôts et consignations, pourtant placée sous le contrôle direct du Parlement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Conflit d'intérêts, cas d'école. Pendant près de quatre mois, Arnaud Richard, devenu député UMP des Yvelines en juin, a cumulé un poste de salarié à la Caisse des dépôts et consignations avec son activité de parlementaire. Juridiquement, rien ne lui interdisait de le faire: aucune incompatibilité n'est prévue par la loi pour ce type d'«heures supplémentaires» (voir sous l'onglet Prolonger). Mais sur le plan éthique? La Caisse des dépôts est un établissement public placé «sous la surveillance du Parlement», qui «contrôle ses activités et garantit son autonomie». Comment Arnaud Richard a-t-il pu imaginer être à la fois contrôleur et contrôlé?