Psychiatrie: les soignants d’Amiens ne lèvent pas le camp

Par

Après plus de trois mois de mobilisation devant les portes de son hôpital psychiatrique à Amiens, le collectif « Pinel en lutte » n’a rien obtenu de la très attendue table ronde à l’agence régionale de santé, lundi 24 septembre. Les soignants réclament toujours plus de moyens pour le personnel et la réouverture de deux services à l’hôpital. Le mouvement va se poursuivre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après trois heures de discussions, Chrystèle Leclercq, infirmière et déléguée syndicale, parlait encore, mais ses interlocuteurs ont commencé à se lever, les uns après les autres. Fin de la conversation attendue depuis trois mois par les soignants et médecins de l'hôpital psychiatrique Philippe-Pinel, qui campent devant les portes de leur établissement. « On s’est heurtés, assez vite, à un mur, se désole la porte-parole improvisée. Par exemple, lorsque nous dénonçons la sur-occupation de l'hôpital à 120 %, ceux d'en face se contentent de dire que ce n'est pas vrai. C’est hallucinant. » L'agence régionale de santé a également refusé de recevoir le personnel non syndiqué, ainsi que les médecins impliqués dans le mouvement, ce qui n'a pas amélioré le dialogue.