Marie-Pierre de La Gontrie (PS): «On ne peut pas comparer l’Etat d’urgence sous Hollande et celui de Macron»

Par

Entre gestion de la crise sanitaire, loi sur la Sécurité globale et évacuation des migrants, la sénatrice socialiste Marie-Pierre de La Gontrie s’inquiète d’une « régression des libertés publiques ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La scène se déroule le 21 octobre dernier, cinq jours après l’assassinat terroriste de Samuel Paty : ce jour-là, la sénatrice socialiste Marie-Pierre de La Gontrie prend à partie, en plein hémicycle, le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin. Lui assume vouloir multiplier les opérations de police pour « intimider, passer des messages » à la suite de l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). Elle l’accuse de vouloir « écorner l’État de droit ». Depuis, la proposition de loi Sécurité globale, qui vient d’être adoptée en première lecture à l’Assemblée nationale, n’a fait qu’augmenter ses craintes, déjà attisées par l’État d’urgence sanitaire…