Yannick Jadot: l’accord sur Fessenheim «est une escroquerie»

Par

Le protocole d’accord entre l’État et EDF pour la fermeture de la centrale de Fessenheim est « cynique », « scandaleux » et mensonger, dénonce le potentiel candidat écologiste à la présidentielle. Il assure qu’il obtiendra les 500 signatures et rejette tout ralliement à Benoît Hamon.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le conseil d’administration d’EDF a accepté, mardi 24 janvier, le protocole d’indemnisation relatif à la fermeture de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin), la plus ancienne du parc nucléaire français. L’État accorde à EDF la somme de 490 millions d’euros en compensation des dépenses entraînées par l’arrêt des deux réacteurs. L’industriel a obtenu en grande partie gain de cause. Par ailleurs, le groupe touchera une part additionnelle jusqu’en 2041.

À peine le communiqué officiel d’EDF publié, Ségolène Royal s’est réjouie d’une « décision équilibrée et progressive », et surtout « dans le calendrier prévu ». Mais pour Yannick Jadot, candidat d’EELV à la présidentielle, toujours en quête des 500 parrainages nécessaires pour déposer sa candidature, le gouvernement « nous enfume ».