Patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn se doit d'entretenir le flou quant à ses ambitions présidentielles

Par
Dominique Strauss-Kahn, directeur général du FMI, s'est offert, jeudi 26 mars, un retour au premier plan dans la vie politique française, en intervenant pendant près de deux heures dans l'émission «À vous de juger», sur France 2. Même s'il n'a pas évoqué directement la situation intérieure de la France et s'il a démenti les rumeurs annonçant sa nomination par Nicolas Sarkozy comme premier ministre si la crise s'aggravait, les spéculations médiatiques vont bon train quant à un hypothétique retour de DSK pour l'élection présidentielle de 2012.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'offensive a commencé dès dimanche 22 mars. DSK est de retour en France mais il est aussi le «patron caché» du PS, écrivait le Journal du dimanche. Dominique Strauss-Kahn intervient jeudi 26 mars sur France 2 pour évoquer la crise financière avant le G20 de Londres. Mais il pourrait aussi démontrer qu'il demeure le recours le plus crédible pour les socialistes dans la perspective de 2012. Telle serait la tactique que Jean-Christophe Cambadélis, son lieutenant à la direction du parti dirigé par Martine Aubry, mettrait actuellement en œuvre.