Financement de Daech: une écoute révèle la panique des actionnaires de Lafarge

Par

Une conversation téléphonique interceptée par la douane judiciaire en octobre 2017 entre l’ex-patron du géant Lafarge, Bruno Lafont, et un communicant parisien lève le voile sur « l’inquiétude » qui a gagné l’état-major de la multinationale, accusée d’avoir financé l’État islamique en Syrie. Jusqu’où va aller l’enquête judiciaire, c’est-à-dire jusqu’à qui ? Révélations.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce jour d’octobre 2017 est tombé un vendredi 13. Cela fait quatre mois que Bruno Lafont, 61 ans, n’est plus ni co-président ni même administrateur du géant mondial du ciment LafargeHolcim (30 milliards d’euros de chiffre d’affaires), né deux ans plus tôt de la fusion entre le groupe français Lafarge et son homologue suisse Holcim.