Croquis: Richard Ferrand, dérapages et raccourcis…

Par

Le pot de confiture n’est pas le même que celui de François Fillon, mais Richard Ferrand vient d’être surpris avec la main dedans, et ça peut coûter cher au nouveau gouvernement. La droite et l’extrême droite devraient pourtant se méfier de leurs indignations.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des avantages pour son épouse et un emploi pour son fils, le parallèle avec François Fillon crève trop les yeux pour que le ministre de la cohésion des territoires puisse en sortir indemne, et que le gouvernement auquel il appartient n’ait pas la langue pâteuse au moment de proposer sa loi de moralisation de la vie politique. Même si les accusations, pour une part, ne sont pas de même nature ni de même intensité.