Premier bilan pour les «tables de quartier» citoyennes

Par

Donner la parole aux citoyens des zones défavorisées : voilà l'objectif des « tables de quartier » mises en place dans une dizaine d'agglomérations françaises. Quitte à entrer en conflit avec des municipalités jalouses de leurs prérogatives. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Marseille, de notre envoyé spécial.- Ils sont arrivés de toute la France par groupes de deux ou trois. En tout, 70 personnes de Rennes, d’Amiens, de Mulhouse ou de Toulouse, et trois jours pour échanger et débattre. Les 23, 24 et 25 septembre se tenait à Marseille la Rencontre nationale des tables de quartier, organisée par la Fédération des centres sociaux et socioculturels de France (FCSF), en partenariat avec le collectif « Pas sans nous ». Ce fut l’occasion de dresser le premier bilan d’une expérience lancée début 2014 et dont les maigres financements publics devraient s’achever au printemps 2017. Avec une question en ligne de mire : comment poursuivre l’aventure ?