Le ministère de l'éducation est secoué par une crise idéologique

Par

Le géographe Michel Lussault a annoncé, mardi 26 septembre, sa démission de la présidence du Conseil supérieur des programmes (CSP). Il évoque de profonds désaccords avec la politique du ministre Jean-Michel Blanquer. « Je n’ai pas l’habitude de faire de la figuration ou d’être une plante verte sur l’estrade », dit-il à Mediapart. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce n’était qu’une question de jours. La démission de Michel Lussault de la présidence du Conseil supérieur des programmes (CSP) apparaissait inéluctable. C’est désormais chose faite. Le géographe a annoncé dans Le Monde et sur France Inter qu’il quittait ses fonctions dès ce 26 septembre. Pourtant inamovible — légalement, le ministre n’a pas le pouvoir de démettre le président du CSP de ses fonctions —, Michel Lussault a choisi de partir de son propre chef et a surtout profité de ce départ pour exposer ses profonds désaccords avec Jean-Michel Blanquer.