Malgré ses liens avec la droite extrême, Poisson reste dans la primaire de la droite

Le président du Parti chrétien-démocrate n’est finalement pas exclu de la primaire de la droite. S’il a multiplié les mea culpa à la suite de ses propos sur les « lobbies sionistes », il ne s’est en revanche guère appesanti sur les relations qu’il entretient avec une partie de la droite extrême.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

« L’incident est clos. » C’est en ces termes que Thierry Solère, le président du comité d’organisation de la primaire de la droite et du centre, a conclu, mardi 25 octobre, la semaine de polémique née des déclarations de Jean-Frédéric Poisson sur la « soumission [de la candidate à la présidence américaine Hillary Clinton] aux lobbies sionistes ». Ce mercredi, la Haute Autorité de la primaire (HAP), saisie le 21 octobre par Nathalie Kosciusko-Morizet, a estimé qu’il n’y avait pas lieu « de se prononcer au fond ». Le président du Parti chrétien-démocrate (PCD) est donc maintenu dans la course et ce, malgré ses relations pour le moins ambiguës avec de nombreuses personnalités issues de l’extrême droite.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal