Attentat manqué de Villejuif: des réseaux en France et en Syrie

Par

Selon le ministre de l'intérieur, la responsabilité d'Abaaoud, tué le 18 novembre à Saint-Denis, a été établie « dans la tentative d’attentat de Sid Ahmed Ghlam contre des églises à Villejuif au mois d’avril dernier ». Le dossier judiciaire, que Mediapart a pu consulter, est bien moins affirmatif et fait émerger d'autres acteurs en France et en Syrie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tué mercredi 18 novembre dans l’assaut du Raid à Saint-Denis, Abdelhamid Abaaoud a, selon le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, « joué à l’évidence un rôle déterminant » dans les attentats de Paris du 13 novembre. Le Belgo-Marocain a d’abord été présenté comme le cerveau de ces attaques, avant que l’enquête ne montre qu’il faisait sans doute partie de l’équipe qui, à bord de la Seat noire, a mitraillé les terrasses des cafés des Xe et XIe arrondissements.