Caisse des dépôts: les indemnités illégales des parlementaires

Par

Les parlementaires qui siègent à la commission de surveillance de la Caisse des dépôts perçoivent depuis longtemps des indemnités illégales. La Cour des comptes a omis de le signaler dans un récent référé. Interpellé par Mediapart, son premier président, Didier Migaud, prétend qu’il ne peut rien faire. Ce qui est inexact.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les parlementaires qui siègent au sein de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), l’organisme qui supervise la gestion de la très puissante institution financière publique, empochent depuis plusieurs années des indemnités – des sortes de jetons de présence, comme on dit dans le privé – qui sont illégales. Mais lors de son dernier contrôle, la Cour des comptes n’a pas relevé cette violation de la loi.