Jean-Marc Germain (PS): «Nous refusons cet enfermement sous la contrainte»

Par

Lieutenant de Martine Aubry, le député est un des animateurs de la contestation parlementaire contre le gouvernement. Il juge que l'équipe «Valls-II» ne «reflète pas la majorité qui a élu François Hollande en juin 2012» et appelle à un congrès rapide du PS.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les parlementaires PS contestant la ligne sociale-libérale de François Hollande ne retiennent plus leurs coups. Proche lieutenant de l'ancienne première secrétaire du PS Martine Aubry et coanimateur de l'« Appel des 100 » prônant une réorientation de la politique économique et sociale, Jean-Marc Germain estime que le gouvernement Valls-2, expurgé des voix dissonantes (un gouvernement « de clarté », a dit Manuel Valls mardi soir sur France 2), « ne reflète pas la majorité qui a élu François Hollande en juin 2012 ». Et il promet une « régression démocratique » si le débat y est désormais interdit. Germain regrette par ailleurs « le symbole » de la nomination de l'ancien banquier Emmanuel Macron au ministère de l'économie.