Le PS travaille à sa refondation mais les vieux démons rôdent

Par

Réunie à huis clos, la direction collégiale du PS a fait adopter une « feuille de route ». Un congrès est prévu en février 2018. Mais les couteaux sont déjà tirés. Et Cambadélis menace : si sa gestion est étalée sur la place publique, celle de ses prédécesseurs le sera aussi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a les universités d’été des partis – EELV à Dunkerque, le PCF à Angers, ou La France insoumise à Marseille – ou des organisations comme Attac, ou la coordination Pas sans nous, qui réunissent des centaines, voire des milliers, de militants pour quelques jours, avec leurs ateliers, leur bar, leurs conférences. Et puis il y a le séminaire du PS. Deux jours de huis clos et une conférence de presse finale d’un peu plus de 20 minutes. L’université d’été prévue à Nantes en 2016 avait été annulée en raison de la mobilisation sociale post-loi El Khomri, celle de 2017 n’a, semble-t-il, même pas été envisagée.