Suicide à l’école de Pantin: «Rien ne peut justifier l’épuisement de notre collègue»

Par

De nombreux enseignants, des parents, des élus, des syndicalistes et des enfants se sont rassemblés ce jeudi 26 septembre, dans la soirée, à l’école Méhul de Pantin pour rendre hommage à la directrice Christine Renon, qui s’est suicidée sur son lieu de travail. Ils ont demandé à l’Éducation nationale « de prendre acte du geste désespéré » de celle qui était une figure du quartier.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le nom de Christine Renon est inscrit dans un cœur vert, maladroitement dessiné au feutre par une main enfantine. D’autres dessins sont accrochés sur la grille dans l’école, avec des fleurs, blanches pour la plupart. C’est ici, dans ce bâtiment classé monument historique, comme le mentionne une plaque, que Christine Renon, 58 ans, a choisi de se suicider le 21 septembre.