Chômage, croissance, un discours social qui tourne en rond

Par
Censé expliquer la crise de la dette aux Français, le président de la République a surtout fustigé les 35 heures, l'«assistanat», et loué sa réforme des retraites. Sans parler du chômage, du pouvoir d'achat. Le tout à coups de slogans, et d'affirmations parfois douteuses.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Le chômage va augmenter, l'économie va ralentir dans les prochains mois. J'aimerais vraiment que Nicolas Sarkozy nous dise ce qu'il va faire. Mais j'ai peur qu'il ne dise rien.» Jeudi, avant l'intervention de Nicolas Sarkozy sur TF1 et France-2, le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, interrogé par Mediapart, ne masquait pas son inquiétude de voir les sujets sociaux passer à la trappe. Il ne fut pas démenti.