Les étrangers malades entre les mains du ministère de l’intérieur

Par

Le ministère de la santé vient de perdre tout droit de regard sur la procédure médicale qui permet à un étranger malade d’accéder à un titre de séjour pour soins. Ce sont désormais des médecins employés par le ministère de l’intérieur qui rendront un avis médical.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La loi reste inchangée. En France, un étranger doit se voir délivrer un titre de séjour « de plein droit » si son « état de santé nécessite une prise en charge médicale dont le défaut pourrait entraîner pour lui des conséquences d'une exceptionnelle gravité, sous réserve de l’absence d’un traitement approprié » dans son pays d’origine. En 2013, 6 000 nouveaux titres de séjour pour soins ont été accordés, selon le décompte du Comité médical pour les exilés (Comede). C’est donc une source d’immigration marginale. Mais l’accès à ce droit pourrait être sérieusement compliqué, à compter du 1er janvier 2017. Les décrets d’application de la loi du 7 mars 2016 relative aux droits des étrangers viennent de paraître. Ils transfèrent la responsabilité de l’évaluation médicale des demandes de carte de séjour pour soins des médecins de l’Agence régionale de santé (ARS), qui sont sous la tutelle du ministère de la santé, aux médecins de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII), employés par le ministère de l’intérieur.

« La situation n’était déjà pas bonne, elle pourrait empirer », commente Arnaud Veisse, du Comede. Le ministère de l’intérieur est en effet loin d’être conciliant avec les étrangers malades. « Depuis 2012, les refus d’admission au séjour pour soins opposés par les préfets en dépit d’un avis favorable du médecin de l’ARS augmentent », relève le Défenseur des droits dans son rapport sur Les Droits fondamentaux des étrangers en France rendu en mai dernier. « Avant 2012, c’est-à-dire sous la droite, les avis médicaux étaient suivis. Depuis 2012, nous avons alerté à de multiples reprises le ministère de la santé, mais il est démissionnaire sur le sujet », regrette Arnaud Veisse. Pourtant, selon la loi, la préfecture ne devrait s’opposer à un avis médical favorable qu’à une seule condition : que la présence d’un étranger sur le territoire « constitue une menace pour l’ordre public ».