La justice marseillaise enquête sur des immeubles frappés d’arrêtés de péril et loués sur Airbnb

Par

À Marseille, la justice enquête sur plusieurs cas d’appartements loués sur des plateformes touristiques comme Airbnb dans des immeubles du centre-ville pourtant frappés d’arrêtés de péril et interdits d’occupation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Selon le procureur de la République de Marseille Xavier Tarabeux, une nouvelle information judiciaire vient d’être ouverte ce 27 novembre 2019 pour « mise en danger de la vie d’autrui et non respect d’une interdiction d’occuper et d’habiter ». Elle vise Abdel Fateh B., le propriétaire d’un immeuble à deux pas du Vieux-Port. Situés rue Molière (1er arrondissement), trois des appartements de cet immeuble étaient proposés en location sur Airbnb malgré un arrêté de péril datant d'avril 2017.