Télétravail: un accord national sans normes ni droits nouveaux

Par

L'accord national interprofessionnel sur le télétravail a reçu un avis favorable, jeudi, de trois syndicats (CFDT, FO et CFTC) et des organisations patronales. Il rappelle des évidences sans créer de nouvelles obligations pour les entreprises.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Trois organisations syndicales et trois patronales. L’accord national interprofessionnel (ANI) sur le télétravail, rédigé au forceps durant des semaines, a finalement réuni, jeudi 26 novembre, la majorité des partenaires sociaux. La CGT, défavorable au texte, réserve encore officiellement sa réponse et la CFE-CGC ne devrait pas tarder à apposer sa signature. Une petite victoire pour le dialogue social si souvent méprisé depuis le début du mandat d’Emmanuel Macron.