"Bon courage et bonne agitation", lance Macron à Salvini et Di Maio

Par
"Bon courage et bonne agitation": Emmanuel Macron a jugé dimanche les déclarations des dirigeants italiens Matteo Salvini et Luigi di Maio "sans intérêt", estimant que le peuple italien méritait "des gouvernants à la hauteur de son histoire".
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

LE CAIRE (Reuters) - "Bon courage et bonne agitation": Emmanuel Macron a jugé dimanche les déclarations des dirigeants italiens Matteo Salvini et Luigi di Maio "sans intérêt", estimant que le peuple italien méritait "des gouvernants à la hauteur de son histoire".

Les deux vice-présidents du Conseil italien, Matteo Salvini et Luigi di Maio, ont multiplié ces derniers jours les critiques contre la France et Emmanuel Macron, accusant notamment Paris d'"appauvrir" l'Afrique et de se servir du franc CFA pour poursuivre leur oeuvre colonisatrice en Afrique.

Ces déclarations du chef de file de La Ligue (extrême droite) et du dirigeant du Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème) ont été jugées "inacceptables" par le Quai d'Orsay, qui a convoqué lundi l'ambassadrice d'Italie à Paris, Teresa Castaldo.

Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a tenté de calmer le jeu mardi en assurant que cela ne remettait "pas en question" l'amitié "historique avec la France, pas plus qu'avec le peuple français", évoquant une relation "forte et constante".

"Je ne vais pas répondre", a dit le chef de l'Etat français lors d'une rencontre avec la presse au Caire. "La seule chose qu'ils attendent, c'est ça. Donc, bon courage et bonne agitation, bonne route, moi je parle au président Conte".

"Tout cela n'a sincèrement aucun intérêt", a ajouté Emmanuel Macron. "L'Italie est un très grand peuple; le peuple italien est notre ami et mérite des gouvernants à la hauteur de son histoire".

Luigi Di Maio a répliqué dans la soirée au président français. "Avant de faire la morale à l'Italie, Macron devrait libérer les Etats africains du néocolonialisme", a-t-il dit sur le plateau de la chaîne de télévision La 7.

Le dirigeant du Mouvement 5 Etoiles, dont les propos ont été repris par l'agence de presse Ansa, a ajouté que l'appauvrissement de ces pays était à l'origine des mouvements migratoires. "Nos propos seront sans importance pour lui (ndlr, Macron) mais pas pour les Italiens et les Européens", a-t-il poursuivi.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale