L'inquiétude grandit chez les parlementaires socialistes

Par

L’aggravation de la crise et les promesses de rigueur de Hollande pour 2013 comme pour 2014 inquiètent de plus en plus les députés et sénateurs de gauche.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La scène se déroule à l’Assemblée, lors de la réunion du groupe socialiste, le 19 février. François Hollande est à Athènes, dévastée par l’austérité, et Jean-Marc Ayrault devant ses députés. Le gouvernement vient de confirmer que l’objectif d’un déficit de 3 % du produit intérieur brut ne sera pas atteint cette année. Les parlementaires sont fébriles. « On s’attendait tous à un autre tour de vis… On a soupiré d’aise quand Jean-Marc Ayrault a dit qu’il n’était pas là pour annoncer un deuxième plan de rigueur », raconte un participant.