La défense de Tariq Ramadan fragilisée par de nouveaux éléments

Par

Près d’un mois après sa mise en examen pour deux viols, Tariq Ramadan voit sa défense fragilisée par plusieurs éléments. Son maintien en détention provisoire a par ailleurs été confirmé par la cour d’appel, qui évoque le risque de « pression sur les témoins ou les victimes » et la nécessité de « prévenir » tout « renouvellement » des faits présumés. L'islamologue a été hospitalisé mardi et une nouvelle expertise médicale a été ordonnée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un maintien en détention provisoire confirmé par la justice et un alibi qui s’effrite : l’affaire Ramadan connaît ces derniers jours des développements défavorables à l’islamologue. De son côté, Tariq Ramadan, mis en examen pour deux viols, conteste les accusations portées contre lui. Pourquoi le théologien a-t-il été maintenu en détention provisoire ? Où en est l’enquête judiciaire ? Quels sont les arguments mis en avant par les deux parties ? Mediapart fait le point sur l’affaire.