Au centre de l'affaire Bygmalion, Sarkozy fait sonner la charge par ses lieutenants

Par

Nicolas Sarkozy se retrouve de nouveau au cœur d'un dossier de financement illégal de campagne. L'ex-chef d'État feint certes le détachement, mais sa garde rapprochée est déjà surmobilisée pour tenter de circonscrire l'incendie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pièce maîtresse de la “cellule riposte” mise en place par Brice Hortefeux pour la présidentielle de 2012, Jérôme Lavrilleux est désormais passé de l’autre côté du cordon sanitaire installé par les sarkozystes. Face à l’emballement de l’affaire Bygmalion, le directeur de cabinet de Jean-François Copé a choisi de prendre sur lui la responsabilité des « dérives » des comptes de la campagne de Nicolas Sarkozy. À l’en croire, il n’avait « jamais eu à discuter ce genre de sujet » avec l’ancien président de la République.