A Toray, des soutiers de l’aéronautique dans l’enfer de la fibre de carbone

Par

À l’ombre du prestige de Safran, Airbus, Boeing, Dassault ou Ariane, les ouvriers de Toray Carbon Fibers Europe dans le bassin de Lacq endurent des conditions de travail éprouvantes. L’usage de ce matériau composite est pourtant en plein essor, grâce aux économies de CO2 qu’il permet.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vu depuis le Salon de l’aéronautique du Bourget, un long-courrier d’Airbus ou un avion de combat de Dassault ressemble à un joyau dont l’éclat technologique rehausse l’élite politique venue s’en approcher.