BAC du XVIIIe arrondissement : les peines fortement réduites en appel

Par

L’IGPN, le juge d’instruction puis le tribunal avaient pointé les dérives d’un groupe, au sein d’une brigade anticriminalité parisienne. Mais la cour d’appel a écarté les infractions les plus graves et allégé les peines de deux policiers.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Condamné en février à huit ans de prison ferme pour corruption passive, faux en écriture publique, trafic de stupéfiants, blanchiment de fraude fiscale, vols et détournement de fichiers, le brigadier Karim M. a recouvré la liberté le 18 juin.