Les prud'hommes renvoient le sort des «dames pipi» à un juge professionnel

Par

Les prud'hommes de Paris renvoient à un juge professionnel départiteur le soin de sceller le sort des « dames pipi » de la Ville de Paris sur le carreau depuis que le nouveau gestionnaire des toilettes des monuments parisiens, une société néerlandaise, refuse de les reprendre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Épuisées par les semaines de grève au pied du Sacré-Cœur, elles espéraient être enfin fixées sur leur sort et sortir de l’abîme juridique dans lequel elles se trouvent mais elles devront attendre encore douze longs jours. Les « dames pipi » des monuments parisiens ont accueilli ce jeudi 27 août avec beaucoup de déception le délibéré du conseil de prud’hommes de Paris saisi en procédure d’urgence. Ce dernier renvoie à un juge professionnel le soin de trancher le litige qui les oppose à 2theloo, la société néerlandaise, nouveau gestionnaire des toilettes publiques de la Ville de Paris depuis le 1er juillet. L'audience de départage est fixée au mardi 8 septembre à 10 heures.