Après un été sanglant, le grand désarroi des habitants des Izards à Toulouse

Par Emmanuel Riondé (Médiacités Toulouse)

Le petit quartier populaire est en proie à des règlements de comptes meurtriers liés au trafic de stupéfiants. Face à l’efficacité très relative de la réponse policière, habitants et acteurs du quartier tentent d’organiser une riposte sociale. Non sans mal.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Toulouse (Haute-Garonne).– «Six, il y en a eu six, je crois : le petit Nabil, le pauvre Walid, celui de l’an dernier… » Assise à la petite table du local de l’association Izards Attitude, ce 3 septembre au matin, Inès* recompte sur ses doigts en se concentrant. Combien de morts dans le quartier depuis la première victime, en 2013, de ces « règlements de comptes » liés au marché local de la drogue ?