Après la grève, un studio de jeu vidéo licencie

Par

En mars et en avril, Eugen Systems a subi le plus long mouvement social du secteur en France. Huit mois plus tard, six de ses salariés, tous grévistes, sont virés, officiellement pour avoir participé à un salon de discussion privé où ils dénigraient l'entreprise. « Aucun lien avec le mouvement de grève », assure la direction. Mais le syndicat du secteur évoque « un acte de représailles ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au début de l’année, une grève. Et juste avant Noël, un licenciement collectif pour faute lourde. Sur le sujet inflammable des conditions de travail dans le secteur des jeux vidéo, le studio parisien Eugen Systems aura indéniablement marqué 2018.