Le Conseil national du logiciel libre (CNLL), l’association La Mouette et l’association Ploss-RA ont formé un collectif intitulé EduNathon, pour contester la validité juridique de l’accord récemment conclu entre le fabricant de logiciels Microsoft et le ministère de l'éducation nationale. Un recours gracieux a été adressé ce vendredi à la ministre, avec en filigrane la menace du dépôt d’une plainte au pénal. « Bien que cet accord soit qualifié de “partenariat”, la nature des prestations proposées par Microsoft France au sein de celui-ci conduisent à penser qu’il aurait en réalité dû être qualifié de marché public, et qu’il aurait dû être conclu à l’issue de la procédure normale relevant du Code des marchés publics », écrit le collectif à la ministre.