Chez Orpea, la fin de vie se paye au prix fort

Par

Le groupe Orpea est un poids lourd de la prise en charge des personnes âgées. Dans son établissement de Neuilly, familles, résidents et salariés dénoncent de graves dysfonctionnements, malgré des prix exorbitants. À Agen, dans une autre résidence du groupe, une femme est décédée sous les coups d'une autre, posant la question de la prise en charge psychiatrique en Ehpad.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’habit ne fait pas le moine, et c’est encore plus vrai pour les maisons de retraite. Dans l'établissement Les Bords de Seine du groupe Orpea de la très chic ville de Neuilly, près de Paris, les codes du luxe sont posés dès l’entrée. Moquette moelleuse partout au sol, de grands bouquets de fleurs fraîches sur des tables d’appoint, d’élégants fauteuils capitonnés dans la magnifique salle à manger. L'ambiance feutrée masque pourtant un cocktail de défaillances classique des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) en France. Le sous-effectif chronique, combiné à des économies de bouts de chandelle, finit par produire souffrance au travail pour les salariés et maltraitance pour les résidents.