Gouvernement: les «minorés visibles» préfèrent en rire

Par

Une quarantaine d'associations de lutte anti-discriminations ont choisi de se « coaliser », pour proposer au pouvoir d'« arrêter d'être » ce qu'ils sont. Une façon de dénoncer par l'absurde l'inertie de la gauche.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quand on n'a (plus) que l'humour… Ce mardi, dans un café du centre de Paris, des représentants d'une quarantaine d'associations de lutte contre les discriminations ont choisi d'emprunter le chemin de l'absurde pour dire leur désarroi face à l'indifférence gouvernementale. Réunis à l'initiative du collectif « Stop contrôle au faciès », ils ont dévoilé une campagne de promotion qu'ils proposent aux pouvoirs publics de diffuser à leur compte. Afin de rendre plus raccord la communication avec l'absence d'actes de François Hollande, depuis son accession à l'Élysée, il y a deux ans. Et puisque Manuel Valls « ne propose en définitive que d'arrêter d'être ce qu'on est », explique Sihame Assbague, porte-parole du collectif, une dizaine d'affiches, frappées du slogan « Arrêtez d'être », seront dévoilées d'ici dimanche, jour d'une « fête du rire », dans un squat du nord de la capitale, mis à disposition par le DAL et Jeudi-Noir (voir ici le site spécialement dédié).