Justice Entretien

La justice lève le contrôle judiciaire du journaliste Gaspard Glanz

Le tribunal correctionnel de Paris a mis fin, lundi 29 avril, au contrôle judiciaire qui interdisait au reporter indépendant Gaspard Glanz de se rendre à Paris tous les samedis et le 1er Mai.

Pascale Pascariello

29 avril 2019 à 19h09

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

Interpellé samedi 20 avril, au cours de la manifestation des « gilets jaunes », le journaliste indépendant Gaspard Glanz avait été présenté devant un procureur à l’issue de 48 heures de garde à vue pour « outrage à personne dépositaire de l’autorité publique ». Dans l’attente de son jugement, fixé au 18 octobre, le directeur de l’agence Taranis News avait reçu l’interdiction de se rendre à Paris tous les samedis et le 1er Mai.

Contesté par ses avocats Raphaël Kempf et Aïnoha Pascual, le contrôle judiciaire de Gaspard Glanz a été levé par le tribunal correctionnel de Paris, qui a reconnu l’insuffisance de motivation et donc l’irrégularité de l’ordonnance du juge des libertés et de la détention.

Raphaël Kempf précise à Mediapart que les motifs de ces interdictions n’étaient pas connus jusqu’à présent. « Tout citoyen qui a fait l’objet d’une mesure de justice doit pouvoir en connaître les raisons, c’est un droit fondamental », explique-t-il.

« Il a fallu cette audience pour apprendre que ce contrôle avait été décidé pour éviter que Gaspard Glanz ne réitère l’outrage, c’est-à-dire un doigt d’honneurC’est absurde, poursuit l’avocat. Et cela a permis au tribunal, et j’en suis heureux, de rappeler aux juges qu’ils ont l’obligation de motiver toute mesure prise à l’égard des citoyens. »

Dans un entretien que nous republions ci-dessous, Gaspard Glanz avait affirmé à Mediapart : « Quoi qu’il en soit, je travaillerai ce 1er Mai. »

***

Samedi 20 avril, alors qu’il couvre l’acte XXIII des « gilets jaunes », le journaliste indépendant Gaspard Glanz, 32 ans, reçoit des éclats d’une grenade sur la jambe. Il demande aux forces de l’ordre à s’entretenir avec le commissaire pour comprendre pourquoi il a été visé par ce tir. Il est alors violemment repoussé par un policier auquel il répond par un doigt d’honneur. S’ensuit une interpellation musclée.

Gaspard Glanz le vendredi 26 avril à Paris. © DR

Interpellé et placé 48 heures en garde à vue, le fondateur de l’agence Taranis News est présenté, le 22 avril, devant un procureur pour « outrage à personne dépositaire de l’autorité publique », infraction passible d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende. Dans l’attente de son procès, fixé au 18 octobre, il lui est interdit de se rendre à Paris, tous les samedis et le 1er Mai.

Ses avocats ont demandé une mainlevée de ce contrôle judiciaire qui sera examinée lors d'une audience publique lundi 29 avril au Tribunal de grande instance de Paris.

« C’est un compte à rebours, j’ai neuf heures encore devant moi, après je dois quitter Paris, avertit Gaspard Glanz, en préambule de l'entretien qu'il a accordé à Mediapart. Je déteste la médiatisation, mais je me dois de défendre tous les journalistes qui, comme moi, sont précaires sans carte de presse alors que les manifestations deviennent de plus en plus violentes, que nous devenons la cible des policiers et que sans carte de presse nous sommes plus vulnérables alors que nous alimentons tous les médias. »

Pouvez-vous revenir sur les circonstances de votre interpellation et de votre garde à vue ?

Gaspard Glanz : Quelle est l’origine de ce doigt d’honneur, dont les suites policières et judiciaires ont été disproportionnées ? J’ai reçu des éclats de grenade sur ma jambe alors que j’exerçais mon métier de journaliste. Ce n’est pas anodin. J’ai juste voulu savoir pourquoi j’en étais la cible. Lorsque je me suis présenté auprès du policier pour lui demander où était le commissaire, il m’a brusquement poussé. Cela fait beaucoup. En réaction, comme n’importe qui aurait pu le faire sous le choc, j’ai fait ce doigt d’honneur.

La suite est complètement démentielle, comme vous pouvez le voir sur la vidéo que j’ai publiée sur mon site Taranis. J’ai été plaqué au sol. Et alors que j’explique à ce policier avoir reçu à mes pieds une grenade, je me fais insulter.

J’étais légitime pour m'adresser à ce commissaire qui, d’ailleurs, m'avait parlé juste avant et m’appelait par mon prénom. Quand je suis au sol, le commissaire vient me parler et je lui dis : « Vous êtes fou, relâchez-moi, c’est un doigt d’honneur, tout le monde filme. » Je le préviens qu’il est en train de faire une grave erreur.

Par la suite, j’ai fait 48 heures de garde à vue avec deux autres personnes, des gilets jaunes. L’une des équipes de policiers détestait les gilets jaunes. Je n’ai quasiment pas pu boire d’eau. C'est inacceptable.

On m’a privé de prendre des médicaments contre la douleur que je dois prendre parce que j’ai un problème au dos. Le dimanche, mon état était si mauvais qu’ils ont dû appeler les pompiers. À leur arrivée, ils ont voulu me conduire à l’hôpital, l’officier de police judiciaire a refusé. Il a fallu que l’un des pompiers s’énerve, alors que j’avais 7 de tension et 0,5 de glycémie.

Les suites judiciaires sont tout aussi disproportionnées. Je dois être jugé en octobre pour un délit passible d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende. C’est du délire pour un doigt d’honneur. On a franchi une nouvelle étape dans les violences policières, comme on l’a observé pendant les manifestations des gilets jaunes. Mais on a aussi franchi un nouveau palier dans la répression contre la presse, et évidemment à l’égard des journalistes qui dérangent, ceux qui montrent les dérives de ce gouvernement.

Ce vendredi 26 avril, le ministre de l’intérieur Christophe Castaner s’est exprimé sur France Info en affirmant qu’être « journaliste, c’est aussi avoir une carte de presse » et en rappelant un tweet dans lequel vous l’insultez, à la suite de ses propos sur les ONG qui viennent en aide aux migrants et qu’il assimile aux passeurs. Que répondez-vous ?

Serait-il possible d’avoir un ministre de l’intérieur qui connaisse la loi ? Pourrait-il s’informer avant de parler ? C’est le minimum qu’on lui demande. Mais il ne le fait pas. Dire que je ne suis pas journaliste parce que je n’ai pas de carte de journaliste est faux. Ce n’est pas la carte de presse qui fait de nous un journaliste. On peut l’être sans. Il faut bien qu’il l’apprenne.

Les images que Christophe Castaner regarde à longueur de temps sur LCI, TF1, Canal plus ou d’autres chaînes, peuvent être les miennes, celles de mes confrères qui, comme moi, n’ont pas de carte de presse. Et il ne les remet pas en cause pour autant. Qu’il se renseigne avant de parler.

D’ailleurs, il faut que Christophe Castaner accepte aussi une réalité qui doit certainement l’agacer : j’ai reçu le soutien de sociétés de journalistes et rédacteurs d’une vingtaine de médias dont celle de France Info, la radio sur laquelle il s’est exprimé, aux côtés de Mediapart, Le Monde, Libération, Le Parisien, BFM, et j’en passe.

Je devrais presque le remercier. Je dis ça comme une plaisanterie. Mais ma vie a changé parce que cette garde à vue a provoqué une vague de soutien et de solidarité des journalistes. Ce soutien m’a fait verser une larme, je me suis dit qu’enfin les médias légitiment le travail de journalistes comme moi, indépendants et précaires auxquels ils achètent les images. Il y a aussi les dons qui ont été faits sur la cagnotte lancée depuis pour soutenir Taranis News. C’est pour moi incroyable d’avoir autant de soutien. Ça me touche beaucoup.

Et à partir de ce moment-là, j’ai compris que c’était une « opportunité » pour tous les autres photographes et journalistes qui, comme moi, galèrent depuis des années. Le seul moyen de les soutenir, c’est d’utiliser la notoriété que j’ai en ce moment pour pouvoir mettre le doigt sur l’abcès de cette carte de presse pour les journalistes indépendants, encore plus dans ce contexte de durcissement des violences policières et d’entraves à la liberté de la presse.

«Les journalistes sont devenus des cibles»

Pour 1 000 euros par mois, on s’en prend plein la gueule. Et il faut nous protéger, nous, les petits, qui faisons le travail dans les lacrymos et au milieu des tirs de LBD et de grenades.

Nous sommes entre 50 et 100, photographes, majoritairement, et JRI [journalistes reporters d’images], à préparer en ce moment des dossiers de demande de carte de presse, que nous déposerons en même temps.

Et concernant le tweet où vous insultez Christophe Castaner, après ses propos sur les ONG qu’il accuse de faire le jeu des passeurs sur les migrants ?

C’est affligeant. Il y a plus de trois mois, lorsque j’ai dit que c’était une « merde » de dire cela, il n’en a pas pris ombrage. Et aujourd’hui, il ressort ce commentaire. Je suis journaliste mais aussi citoyen.

Ce commentaire, je l’ai fait sur mon compte personnel et pas au nom de Taranis News, ma boîte de production. Je trouve inadmissible d’entendre ces propos alors que des migrants se noient, leurs nourrissons dans les bras, sous nos yeux et que les ONG leur viennent en aide. Avec un dixième de ce qu’a coûté le « grand débat », on pourrait les aider.

Gaspard Glanz. © Nicolas Mercier

Lundi 29 avril, le Tribunal de grande instance de Paris va décider de la levée ou pas de votre contrôle judiciaire. Si, à l’issue de l’audience, vous restez interdit de manifestations, comment envisagez-vous le 1er Mai ?

Je tiens d’abord à préciser que l’appel national pour la manifestation des gilets jaunes, ce samedi 27 avril, a lieu à Strasbourg. Je suis interdit de me rendre à Paris, mais résidant à Strasbourg, je vais donc pouvoir couvrir la manifestation. Quelle ironie !

Ensuite, cela fait plus d’un mois que je prépare la manifestation du 1er Mai à Paris. Et ce que j’ai observé lors des dernières manifestations, en particulier celle du samedi 20 avril, c’est que la préfecture de police de Paris se prépare au 1er Mai en mettant en place des méthodes bien plus violentes qu’auparavant.

Lors de la manifestation du 20 avril, les forces de l’ordre se sont exercées en prévision du 1er Mai : les charges ont été plus fortes, par exemple. Ils ont déployé de façon plus significative les DAR [détachements d’action rapide] et les voltigeurs qui vont davantage au contact des manifestants et des journalistes, tandis que les CRS et les gendarmes sont restés, en arrière, en sécurisation des lieux.

Un policier des DAR a même balancé un caillou vers les manifestants, samedi 20 avril. Qui commet les infractions ? La question se pose. Et cela reste impuni. Ce que l’on vit aujourd’hui, c'est du délire.

Les journalistes sont ouvertement devenus des cibles. Samedi, lors de mon arrestation, je n’étais pas le seul. La même journée, d’autres journalistes ont été visés : Alexis Kraland s’est fait très tôt interpellé et Clément Lanot a été visé par un LBD [lanceur de balles de défense]. Ça fait beaucoup. [Trois autres journalistes ont été touchés le samedi 20 avril, à Toulouse notamment, faits signalés par le documentariste David Dufresne, qui recense et cartographie les violences policières, depuis le début du mouvement des gilets jaunes, travail mis en ligne par Mediapart].

Ce qui est sûr, c’est que je travaillerai le 1er Mai. Ils n’auront pas ma mort professionnelle.

Je suis prêt à passer six mois en prison pour montrer que l’on n’est plus dans un État de droit. Puisque c’est ce que je risque si je ne respecte pas ce contrôle judiciaire. Mais je veux encore croire qu’il y a une justice. Tout ce que je souhaite, c’est faire mon travail de journaliste indépendant. Ce gouvernement ne peut pas faire preuve d’autoritarisme au point de museler la presse. Il faut que ça cesse. 

Ce 1er Mai est aussi le signal de rassemblement d’une certaine jeunesse, qui vient de toute l’Europe, et les services de renseignement le savent. Cette jeunesse européenne et en particulier allemande, black bloc ou pas d’ailleurs, va venir faire entendre son impossibilité de vivre aujourd’hui dignement en travaillant. Une nouvelle étape de violence des deux côtés risque d’être franchie : de nouvelles méthodes d’actions du côté policier et du côté des manifestants. Le gouvernement semble terrifié par le 1er Mai et l’attitude qu’il adopte à l’égard des journalistes en est la preuve. L’État semble aux abois.

Le site Arrêt sur images a essayé de vous accréditer pour la conférence de presse du président Emmanuel Macron, le 25 avril. L’Élysée a justifié son refus en affirmant que la demande était trop tardive. Qu’auriez-vous demandé au président ?

L’interdiction qui m’a été faite par l’Élysée d’assister à la conférence de presse est complètement injustifiée puisque d’autres journalistes ont vu leur demande acceptée alors qu’ils l’avaient soumise au même moment que moi. Mais ce n’est qu’une preuve de plus du déni de démocratie de ce gouvernement.

Cette conférence de presse était une mascarade. Il n’y a quasiment pas eu de question pertinente posée par les journalistes. Soit ils se sont autocensurés, soit ils ont été sélectionnés pour avoir le micro, soit les deux à la fois. Il y a eu deux, trois exceptions. Je retiendrai celle de Paul Larrouturou, de l'émission « Quotidien » (TMC) qui a posé une question sur Alexandre Benalla mais à laquelle Macron, gêné, n’a pas vraiment répondu.

Alexandre Benalla, alors même qu’il a commis des violences sur des manifestants, fait l'objet d'un contrôle judiciaire bien plus léger que le mien ou que celui de gilets jaunes. Il voyage quand et où il veut. Il échappe à l’institution judiciaire. Comment l’expliquez-vous ?

Pour ma part, si j’avais pu assister à cette conférence de presse, j’aurais bien eu envie tout d’abord de laisser un long silence avant de poser ma question au président. Dix secondes de silence afin de créer un malaise, un malaise à l’image de cette présidence. Ensuite, je lui aurais certainement demandé comment il peut justifier une telle entrave au droit de la presse, à la liberté d’informer ? Est-ce cela une démocratie ?

L’un de vos avocats a parlé d'un « harcèlement des autorités policières et judiciaires » à votre encontre. Vous avez été placé plusieurs fois en garde à vue, vous être fiché S [une signalétique du Fichier des personnes recherchées (FPR) désignant les personnes présentant une menace pour la sûreté de l’État, lire ici]. Comment percevez-vous ces mesures ?

Un média indépendant gêne. À Mediapart, vous le savez. Je suis un journaliste, d’une autre génération certes, peut-être avec d’autres méthodes, mais je respecte les règles. On m’a qualifié de militant pour me discréditer. Je suis certainement engagé. Quel journaliste ne l’est pas ? D’ailleurs, ce qui m’a fait rire, c’est qu'à la suite de mon interpellation, j’ai aussi reçu le soutien de Jean-Michel Aphatie : un journaliste engagé d’un autre bord, en somme.

Après, oui, j’ai depuis plusieurs années dû faire face à des gardes à vue. Je suis fiché S sans vraiment savoir quand cela a été décidé. Est-ce qu’une carte de presse m’aurait mieux protégé ? C’est probable. Mais filmer au plus près les violences policières a toujours été gênant. Et aujourd’hui, ça l’est encore plus.

Pascale Pascariello


92 commentaires

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par Berenice Gabriel et Célia Mebroukine
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne