Lyon, nouveau laboratoire de l’écologie politique

Par Nicolas Barriquand (Mediacités-Lyon)

Grégory Doucet et Bruno Bernard remportent haut la main la ville et la Métropole de Lyon. Leur victoire écrasante – mais entachée par une abstention historique – s’explique autant par la vague verte nationale que par les divisions de leurs adversaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Lyon va devenir une référence. » Il est un peu plus de 21 h 30, ce dimanche 28 juin, quand Grégory Doucet, le futur maire de Lyon prend la parole pour revendiquer la victoire. Ou plutôt la double victoire : les écologistes remportent haut la main la ville – en conquérant sept des neuf arrondissements – mais aussi la Métropole, là où se trouve l’essentiel du pouvoir, avec neuf circonscriptions sur quatorze. Leur candidat Bruno Bernard, promis à la présidence du Grand Lyon, annonce qu’ils disposeront d’une majorité absolue dans l’hémicycle métropolitain.