Réforme du bac: deux lycéens en garde à vue pour des dégradations en manifestation

Par

Deux lycéens d’Hélène-Boucher, dans le XXe arrondissement à Paris, mineurs, ont été placés en garde à vue ce 29 juin, pour « des dégradations par un moyen dangereux pour les personnes ». La proviseure a porté plainte alors qu’une sanction disciplinaire a déjà été prononcée à l’encontre des lycéens.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce lundi matin, Nicolas* et Antoine*, deux lycéens de 17 ans, élèves en première au lycée Hélène-Boucher (Paris XXe), se sont retrouvés au commissariat pour « des dégradations par un moyen dangereux pour les personnes », convoqués pour un placement en garde à vue qui aura duré plus de cinq heures. Au premier, il est reproché d’avoir commis des dégradations avec un fumigène ; au second, d’avoir brisé la vitre d’une salle de classe, le tout en février dernier, lorsque des élèves protestaient partout en France contre les nouvelles épreuves en contrôle continu du baccalauréat, les « E3C ».