Macron-Philippe: un tandem exécutif sans tension ni passion

Par

Concentré sur l’exécution de la feuille de route du président de la République, Édouard Philippe ne se risque pas à emprunter des chemins de traverse. En remplissant sa fonction à la lettre, telle que définie par la Constitution, le premier ministre s’épargne des tensions avec Emmanuel Macron. Mais le chef de l’État se prive ainsi d’un pare-feu politique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y avait un petit peu de pression dans l’air depuis quelques jours. Un petit peu de stress aussi. Parmi les macronistes, on répétait qu’Édouard Philippe « jouait gros » et qu’on observerait son intervention à L’Émission politique de France 2 avec attention. Car après quatre mois passés à Matignon, le premier ministre peine toujours à se faire un nom. Le coauteur du polar politique Dans l’ombre (Éd. Jean-Claude Lattès) semble parfois même condamné à vivre dans celle d’Emmanuel Macron. Une position qu’il assume pleinement, d’abord parce qu’elle lui paraît inhérente à la fonction qu’il occupe, telle que définie dans l’article 21 de la Constitution : celle d’un exécutant des grandes orientations fixées par le président de la République.