Malgré les honneurs de la République, le jeune Angolais Aluisio de nouveau menacé d’expulsion à Toulouse

Par

Scolarisé en France depuis deux ans, Aluisio Quintai est une nouvelle fois menacé d’expulsion. Son solide dossier et les récentes félicitations reçues du ministre de l’éducation nationale ne suffisent pas aux yeux de la préfecture des Bouches-du-Rhône, pour laquelle le jeune homme « ne justifie pas d’une intégration notable ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Acharnement ciblé, cloisonnement administratif confinant à l’absurde ou énième manifestation du caractère intraitable de la « politique d’accueil » française ? En fin de semaine dernière, Aluisio Quintai a reçu une nouvelle obligation de quitter le territoire français (OQTF) émise par la préfecture des Bouches-du-Rhône. L’identité du jeune homme, qui assure être né le 15 novembre 2000 en Angola, est contestée par la police et la justice françaises, qui le tiennent pour Domingos Nguza (nom figurant sur le passeport avec lequel il était arrivé en France en 2015), né selon eux le 5 juin 1995.