Liberté générale contre sécurité globale

Par

Plusieurs milliers de personnes se sont retrouvés à Paris pour défendre leur liberté : celle de filmer la police, celle de n’être pas fiché pour ses opinions politiques, mais aussi celle de danser.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La « mobilisation statique » prévue pour cette nouvelle journée de protestation générale contre la loi « Sécurité globale » n’a pas réuni les foules, mais a fait bouger les corps et libéré les énergies. Teufeurs et militants de la « fête libre » étaient présents en nombre aux côtés de militants plus clairsemés du PCF, d’Ensemble, de SOS Racisme, d’Attac, de la LDH ou des jeunes socialistes, sur une place de la République bouclée par d’impressionnants cordons policiers.