Sarkozy veut faire de la victoire de la droite sa victoire personnelle

Par

Avec 28 départements récupérés à la gauche, la droite est sans conteste la grande gagnante de ces élections départementales. Oubliant que l'UMP avait perdu toutes les élections intermédiaires entre 2004 et 2012, Nicolas Sarkozy veut voir dans les résultats de dimanche la victoire de sa stratégie personnelle. Ses adversaires en interne ne l'entendent pas de cette oreille.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il en ressort électrisé. Comme au bon vieux temps, diraient ses fidèles. « Je retrouve la grande ambiance de 2007 », s’enthousiasme l’un de ses proches, le sénateur de Paris Pierre Charon. Nicolas Sarkozy est convaincu d’avoir engrangé, ce dimanche 29 mars au soir, une victoire décisive. Une victoire de la droite que personne ne peut contester, puisque celle-ci sort largement en tête du second tour des élections départementales. Mais surtout une victoire personnelle, qui valide, à l’en croire, sa stratégie de « reconquête », laquelle tient sur deux piliers : une alliance avec les centristes de l’UDI et un discours « décomplexé » censé séduire les électeurs d’extrême droite.