Dans le Jura, la mort programmée de l’hôpital public

Par

Il n’y aura plus de fermeture d’hôpital, a promis Emmanuel Macron, mais il y aura des fermetures de services, par centaines. Reportage entre Lons-le-Saunier et les hauts plateaux du Jura, qui expérimentent déjà le « pacte territorial » du gouvernement : « Une politique de Parisiens, qui se foutent des ruraux. »

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Saint-Claude (Jura), envoyée spéciale.– Il n’y aura plus, « d’ici la fin du quinquennat, de fermetures d’hôpitaux sans l’accord du maire. Ça ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de réorganisations. Cela veut dire qu’il n’y aura plus de disparition », a promis Emmanuel Macron, jeudi 25 avril. Si ce n’est pas à proprement parler un mensonge, c’est à coup sûr un sophisme. Car des services hospitaliers vont disparaître, en nombre.