«On récupère maman»: des familles effrayées par les risques en Ehpad

Par Nassira El Moaddem

Terrifiées à l’idée de perdre un proche en Ehpad, des familles ont choisi de les ramener à domicile. Les autorités acceptent sous conditions.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À 87 ans, Germaine Hauray n’imaginait pas vivre ce confinement seule dans son Ehpad de la Chapelle-Basse-Mer (Loire-Atlantique), séparée de sa sœur jumelle qui vit à quelques minutes. « On ne supportait pas l’idée de ne plus se voir, indique au téléphone l’octogénaire de sa voix encore guillerette. Et je ne voulais pas être contaminée et mourir étouffée seule à l’Ehpad. » Les deux sœurs se partagent désormais les tâches ménagères et les repas, une voisine leur apporte les courses, elles se baladent trente minutes par jour et s’occupent du jardin. Par précaution, « personne ne rentre à la maison ».