Violences sexuelles au travail: le choix biaisé du gouvernement

Par

Alors que l’Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT) a dû fermer son standard téléphonique en janvier faute de moyens, le gouvernement veut créer son propre numéro national d’aide aux victimes de violences sexistes et sexuelles au travail. Une façon de contourner une association féministe jugée trop critique ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors que l’Assemblée nationale vient d’adopter en première lecture le projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles, les associations de lutte contre les violences commises sur des femmes, submergées d’appels depuis le mouvement #MeToo, sont toujours sur la corde raide.