La France est championne d’Europe de l’enfermement des étrangers

Par

Dans un rapport, cinq associations présentes dans les centres de rétention administrative dressent le bilan d’une augmentation du nombre d’étrangers enfermés par la France. Elles dénoncent une rétention « souvent inutile, parfois même absurde, et entachée de nombreuses violations des droits ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors que l’Union européenne vient d’abandonner le projet de répartir de manière contraignante les 40 000 demandeurs d’asile coincés en Italie et en Grèce, le rapport annuel de cinq associations présentes dans les centres et locaux de rétention administrative (CRA/LRA) montre que la France est, sans conteste, la championne d’Europe de l’enfermement des étrangers. En 2014, 49 537 personnes ont été privées de liberté, soit une augmentation de 9 % par rapport à 2013. Selon les chiffres des associations, cette année-là, la France enfermait déjà cinq fois plus qu’en Espagne (9 020), sept fois plus qu’en Belgique (6 285), dix fois plus qu’en Allemagne (4 309) et dix-huit fois plus qu’en Angleterre (2 571). Alors même que la plupart des pays de l’Union européenne ont une durée maximale de rétention bien supérieure à celle de la France : 60 jours en Espagne, 8 mois en Belgique et 18 mois en Allemagne pour ne citer que ces trois pays.