Santé: craintes autour d'un départ massif de fonctionnaires à la retraite

Par
La suppression d'un droit au départ à la retraite anticipée pour les parents de trois enfants, justifiant de quinze années de service effectif, fait craindre un départ massif de fonctionnaires d'ici la fin de l'année. Pour éviter une pénurie de personnels, les établissements pourront toujours réembaucher leurs employés à la retraite sous des statuts privés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Et si les hôpitaux se retrouvaient brusquement vidés d'une part importante de leur personnel? Les institutions publiques de santé s'inquiètent de la perspective de voir partir en retraite anticipée un nombre inhabituel de leurs effectifs, d'ici à la fin de l'année 2010. L'article 18 du projet de loi sur les retraites, voté en commission en juillet dernier, prévoit de mettre fin à la possibilité pour les fonctionnaires ayant eu trois enfants et justifiant de quinze années de service effectif de profiter d'une retraite anticipée. Un droit ancien, accordé aux femmes en 1924 pour favoriser la natalité, et élargi aux deux sexes en 2005 après des recours d'hommes devant la justice. Les rédacteurs du projet de loi sur la réforme des retraites justifient la suppression du dispositif en arguant que d'autres mesures favorisant la natalité ont été mises en place dans la fonction publique depuis 1924. Les derniers parents pouvant profiter d'une retraite anticipée auront jusqu'au 31 décembre 2010 pour déposer un dossier. Autrement dit, beaucoup de fonctionnaires risquent de vouloir profiter in extremis de ce dispositif, ce qui mettrait les secteurs déjà en pénurie de personnel (comme les institutions de santé) dans une situation délicate.