Un droit de réponse de Bernard Pignerol

Par

Nous avons reçu un droit de réponse de Bernard Pignerol, président de l'association l'Ère du peuple, à propos de notre article sur les mises en examen dans l'enquête judiciaire sur la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon en 2017.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Nous avons reçu le 30 juillet 2021, ce droit de réponse de Bernard Pignerol, président de l'association l'Ère du peuple, à la suite de la publication de notre article sur les mises en examen intervenues dans l'enquête judiciaire sur la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon en 2017 :

La mise en examen intervenue de l’Association l’Ère du peuple du chef de prêt de main d’œuvre illicite il y a plusieurs mois, le 29 mars 2021, est la preuve manifeste d’une instruction désormais à bout de souffle. En effet, après plus de deux ans et demi d’enquête sur les comptes de campagne de M. Jean-Luc Mélenchon, rien dans le dossier n’a justifié une mise en examen pour les autres chefs de prévention. Le prêt illicite de main d'œuvre est une infraction issue du Code de travail et non de la législation électorale. En l’espèce, aucune des conditions cumulatives permettant la caractérisation de cette infraction n’est réunie. En tout état de cause, l’Association l’Ère du peuple n’a absolument pas surfacturé ses prestations, bien au contraire, elle les a facturées au «prix habituellement pratiqués» respectant de ce fait, à la lettre, les termes des articles L52-8 et L52-17 du Code électoral. Dès lors, le supposé enrichissement de l’Association l'Ère du peuple est une contrevérité qui se fonde sur les chiffres hors impôts, notamment la TVA. In fine, la marge bénéficiaire de l’ensemble des prestations réalisées pendant la campagne présidentielle est inférieure à 10%. Je continuerai de démentir fermement l’ensemble des infractions qui sont reprochées à l’Association que je préside dans ce dossier et rappelle que la campagne de Jean-Luc Mélenchon a été l’une des moins couteuses parmi les candidats à l’élection présidentielle de 2017.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous