Bygmalion : Nicolas Sarkozy condamné à de la prison ferme

Par

Reconnu coupable de financement illégal de campagne électorale, l’ex-chef de l’État devra purger sa peine à domicile, sous surveillance électronique. En tout, quatorze prévenus ainsi que la société Event ont été condamnés pour une longue série de délits allant de l’escroquerie à l’abus de confiance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La salle du tribunal correctionnel de Paris était comble, jeudi, pour le jugement de l’affaire dite Bygmalion, mais Nicolas Sarkozy n’a pas fait le déplacement, après avoir déjà séché les débats au printemps. La plupart des prévenus étaient présents, sauf Bastien Millot. La présidente de la XIe chambre correctionnelle, Caroline Viguier, a entamé une explication détaillée du jugement de ce qui est en fait l’affaire des comptes truqués de la campagne à l’américaine de Nicolas Sarkozy en 2012.