Bygmalion : le deuxième procès du système Sarkozy

Par

Le procès de l’affaire Bygmalion, qui porte sur l’explosion du compte de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 et son système de fausses factures, reprend ce jeudi 20 mai. Plusieurs avocats veulent impliquer Jean-François Copé, qui a bénéficié d’un non-lieu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Suspendu le 17 mars à cause de l’hospitalisation de l’avocat de Jérôme Lavrilleux, le procès de l’affaire Bygmalion reprend ce jeudi 20 mai devant la XIe chambre correctionnelle de Paris. Les débats s’annoncent animés, aucun des quatorze prévenus – dont Nicolas Sarkozy – ne voulant porter le chapeau. Anciens cadres de l’UMP, anciens dirigeants de la campagne Sarkozy de 2012 et anciens patrons de Bygmalion ont tous des stratégies de défense différentes, et les balles vont siffler. Le fait que l’UMP devenue LR réclame 16 millions d’euros de dommages et intérêts à plusieurs prévenus envenime encore la situation.