Première censure au «Point»: les journalistes témoignent

Par et

Les deux journalistes Michel Despratx et Geoffrey Le Guilcher reviennent sur la censure, en 2014, de leur interview d’Ahmed Kadaff Al-Dam, dignitaire libyen et cousin de Mouammar Kadhafi, qui confirmait le financement de la campagne de Sarkozy. Une réponse cinglante à Étienne Gernelle qui nie les faits, s’estimant victime de « complotisme ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sans l’enquête judiciaire sur l’affaire libyenne, on n’aurait jamais rien su de cette censure. En juillet 2014, les deux journalistes d’investigation, Michel Despratx et Geoffrey Le Guilcher, viennent de réaliser l’interview d’Ahmed Kadaff Al-Dam, dignitaire libyen et cousin de Mouammar Kadhafi, et s’attendent à la voir publiée par Le Point, quand finalement Étienne Gernelle, directeur de l’hebdomadaire, leur annonce qu’il n’en sera rien. Leur article apporte pourtant une pièce supplémentaire à l’enquête sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy, et c’est ce qui conduit le cabinet de l’ancien président à prendre contact avec le directeur du journal.